Retour

On ne joue pas avec la nourriture

On ne joue pas avec la nourriture

 

La FGTB s’associe à SOS Faim pour dire stop à la spéculation sur les matières premières agricoles et sur les terres.

 

En bref

Tous les jours, des spéculateurs parient sur l’évolution des prix agricoles et investissent dans des entreprises qui achètent massivement des terres à l’étranger. Ces pratiques spéculatives favorisent la concentration des terres dans les mains des plus riches et font flamber les prix agricoles, menaçant la sécurité alimentaire des plus pauvres et l’avenir des petits agriculteurs.

Des banques en Belgique sont complices. La vôtre peut-être ?

La FGTB s’associe à SOS Faim pour dire stop ! Vous aussi ? Passez à l’acte sur www.onnejouepasaveclanourriture.org
 

En savoir +

Spéculation sur la nourriture

Depuis une dizaine d’années, de nouveaux investisseurs financiers spéculent massivement sur les marchés agricoles. Spéculer sur le prix des matières premières agricoles, c’est parier sur la volatilité de ces prix pour engranger un maximum de profits. Spéculer sur les terres, c’est investir dans des entreprises qui pratiquent des achats massifs de terres à l’étranger.

 

Dans tous les cas, les agriculteurs, les denrées agricoles et la terre qui permet de les produire deviennent des outils au service de stratégies d’investissement. Ces pratiques spéculatives conduisent à une concentration des terres dans les mains des plus riches et à la hausse des prix alimentaires, menaçant la sécurité alimentaire des plus pauvres et l’avenir des petits agriculteurs.

 

Les agriculteurs du Sud comme ceux du Nord sont concernés, mais pas seulement ! En tant que consommateurs, nous sommes tous concernés par ces spéculations sur la nourriture qui menacent la sécurité alimentaire mondiale.

 

Des banques en Belgique complices !

Une récente étude sur l’implication des banques en Belgique en matière de spéculation sur les produits agricoles nous apprend que six institutions financières sur les neuf passées sous la loupe offrent à leurs clients des produits financiers liés aux évolutions de prix des produits agricoles. Elles participent donc de manière indirecte aux crises alimentaires et au nombre croissant de personnes souffrant de la faim dans le monde.

 

Vous trouvez cela inadmissible ?

Vous voulez savoir si votre banque est concernée ?

Rendez-vous sur le site www.onnejouepasaveclanourriture.org et écrivez à votre banque pour lui dire qu’on ne joue pas avec la nourriture !