Retour

Oui à la réorientation des aides publiques et au contrôle des prix, pas touche à l’index !

Oui à la réorientation des aides publiques et au contrôle des prix, pas touche à l'index !


La FGTB organisait ce samedi 21 avril à Tour & Taxis sa journée des candidat-e-s dans le cadre des toutes prochaines élections sociales (du 7 au 20 mai). Ces élections concernent 1,5 MIO de travailleurs dans quelque 6.600 entreprises belges.

 

L’occasion pour le syndicat de rassembler plusieurs milliers de ses candidat-e-s aux élections au cours d'une journée essentiellement familiale, ludique et conviviale.
Anne Demelenne s’est adressée aux candidats délégués, les a assurés de son soutien, et en a profité pour rappeler les préoccupations de la FGTB pour ce qui concerne le pouvoir d’achat du monde du travail, et singulièrement l’indexation, au cœur des thématiques portées par la FGTB pendant la campagne.

 

La secrétaire générale a rappelé la position syndicale : défavorable à toute remise en cause du système d’indexation automatique actuel, a fortiori à son remplacement par, entre autres:

  • une indexation nette (sur le brut mensuel moins les cotisations sociales et le précompte professionnel), qui diminuerait les rentrées dans les caisses de l’Etat et de la sécu (ce qui affaiblirait la protection sociale collective) ainsi que les droits liés au salaire (pension, indemnité de maladie,…) ;
  • un index vert, qui serait tout à fait inacceptable étant donné les coûts énergétiques anormalement élevés en Belgique ;
  • un saut d’index, qui aurait une influence négative sur la consommation ;
  • un index négocié, c’est-à-dire perpétuellement remis en cause et rediscuté entre syndicats et employeurs.

 

S’adressant aux candidats aux élections, la responsable de la FGTB a aussi souligné que sans indexation automatique, sur un salaire de 1.600€ net, ce sont 30€/mois perdus, c’est-à-dire 350€/an (sans tenir compte des 35.000€ retirés suite aux trois sauts d’index imposés dans les années 80).

 

Pour la FGTB, la solution aux déficits publics n’est pas à trouver dans l’austérité pour les travailleurs et la remise en cause de l’index. Elle réside dans une Relance économique durable et la création d’emplois de qualité.

 

Cette Relance implique, d’une part, une réorientation des aides publiques, c’est-à-dire des 10.208 MIA actuels* auxquels il faut ajouter 5 MIA pour les intérêts notionnels : à utiliser de façon contraignante en faveur de véritables aides à l’emploi. Il importe, d’autre part, de contrôler les prix et de prévoir une régulation efficace du secteur de l’énergie.

 

La FGTB continuera à veiller à la sauvegarde de l’index et à mettre la pression pour une régulation efficace du marché de l’énergie, véritable responsable de l’inflation. A cet égard, elle se réjouit qu’Electrabel soit désormais contrainte de réduire ses prix.

*

 

En millions d’euros

1996

2011

Réductions de cotisations employeurs

1.306

4.926

Subsides salariaux

19

5.282

Via la Sécurité sociale

0

2.823

Maribel social

0

775

Bonus emploi (non marchand)

0

29

Maribel social alternatif

0

77

Activation

0

571

Titres Services

0

1.371

Via la fiscalité fédérale

0

2.422

Travail de nuit et en équipes

0

948

Heures supplémentaires

0

50

R&D

0

382

Subsides généraux

0

934

Subsides spécifiques

0

108

Via les Régions

19

37

Travailleurs âgés

0

21

Prime à l'emploi

19

16

Total des avantages employeurs

1.325

10.208

Masse salariale

82.900

145.300

Réductions de cotisations et subsides par rapport à masse salariale

1,60%

7,03%

Réductions de cotisations personnelles

0

719

Cotisations employeurs totales

21.200

38.900

Avantages fiscaux et sociaux par rapport aux cotisations employeurs

6,16%

12,66%

 

 

 

Source : Conseil central de l’économie, rapport technique 2011