Tous les thèmes

Actualités

Accord de gouvernement Alexander Ier

Suite à la formation du nouveau gouvernement exécutif, la FGTB a analysé en profondeur l'accord de gouvernement. S'il y a des points positifs à souligner, nous avons également relevé des éléments négatifs qui n'augurent rien de bon. En plus de ce constat en demi-teinte, la FGTB remarque que certains sujets restent flous et manquent d'ambition pour un vrai virage à gauche.

Les services publics ne peuvent pas être utilisés comme des vaches à lait

Les services publics en général méritent aussi une revalorisation. Plus que jamais, les services publics ont démontré leur utilité et leur raison d’être. Ils assurent en effet la continuité dans les services nécessaires pour les citoyens. Les trois derniers mois, les services publics et leur personnel sont restés au service des citoyens et de la société. Sans ces services, la société et l’économie auraient été totalement paralysés.

La dignité humaine, variable d’ajustement ?

Selon l’article 23 de la Constitution, chacun a droit à une vie conforme à la dignité humaine. A l’heure de l’austérité, des coupes budgétaires, des démantèlements des services publics… la situation est devenue critique autant pour les citoyens vulnérables que pour les travailleurs de ces services. Hôpitaux, maisons de soins et de repos, structures d’aide à la jeunesse, prisons… Toutes ces structures sont dépassées par le manque de moyens, avec à la clé des conditions de travail indignes et une mise en danger des personnes qui bénéficient de ces services.

Communiqués de presse

La FGTB en mobilisation générale pour la justice sociale

La FGTB en mobilisation générale pour la justice sociale

Rappelé à l’ordre par la justice, Infrabel poursuit avec entêtement sa campagne anti-syndicale

Le 5 octobre 2017, la justice a donné tort à Infrabel et à la SNCB dans une procédure qu’ils avaient entamé contre Michel Abdissi, président de la CGSP Cheminots. Aucune des demandes d’Infrabel et de la SNCB n’a été acceptée par le juge. Ils continuent pourtant à instrumentaliser la Justice afin de remettre en question le droit de grève, qui est un droit humain.