Pour une augmentation substantielle du salaire minimum

Pour une augmentation substantielle du salaire minimum

Après le rejet de l'AIP (accord interprofessionnel), les interlocuteurs sociaux se sont remis à la table des négociations. Malgré les efforts de la FGTB, le banc patronal refuse de faire le moindre effort. Ils s'entêtent et continuent à proposer une augmentation de 10 cents / heure. Une nouvelle gifle que la FGTB refuse d'accepter. Nous ne nous coucherons pas ! Retour sur l'échec d'une négociation...

Le Rejet de l'AIP 

Après des mois de négociation, les interlocuteurs sociaux ont établi un projet d'AIP. Ledit projet a été présenté et soumis à un débat interne, le vote consécutif a confirmé le rejet de l'AIP avec une majorité de 56%. La principale raison de ce rejet portait sur l'augmentation des salaires jugée trop faible. En effet, la marge proposée était de 1,1%, ce qui correspondait à 10 cents/heure. 

Concernant les autres mesures qui pouvaient être positives pour les travailleurs, la FGTB a préféré une attitude constructive et s'est dite prête à signer les conventions collective de travail (CCT). 

Un cri d'alerte

Afin de faire entendre la voix des travailleurs et de mettre à l'agenda des négociations nos revendications, la FGTB a organisé une journée nationale d'actions, le 14 mai 2019. Notre principale message : un salaire minimum à 14€/heure

La réponse patronale : 10 cents

Les négociations ont donc repris et après plusieurs semaines, les patrons ont soumis une "nouvelle proposition" : une augmentation de 10 cents/heure. Inacceptable ! La FGTB a refusé, comme elle le fera toujours, de participer à cette parodie. 10 CENTS / HEURE, c'est cracher aux visages des travailleurs. 

Nous avons dit non en avril, ce sera non en juillet. La FGTB ne signera pas ! 60.000 travailleurs sont concernés par le salaire minimum, 250.000 travailleurs belges sont en situation de pauvreté. Des chiffres suffisamment évocateurs qui ne font qu'augmenter depuis 10 ans !

Un progrès possible

Dès le lendemain des négociations de l'AIP, les représentants des travailleurs sont entrés en négociation au niveau sectoriel. Dans certains secteurs, ils ont déjà obtenu une augmentation substantielle du salaire minimum, preuve que cela est possible. 

La FGTB continuera à revendiquer un salaire minimum à 14€/heure. Cette mesure réduira d'une part le nombre de travailleurs en situation de pauvreté, mais profitera également à l'ensemble de la société. En effet, une augmentation du salaire, c'est plus de consommation, plus de travail, plus de moyens pour la sécurité et les services publics. Tout le monde sera gagnant. Ensemble, nous pouvons y arriver. Ensemble, on est plus forts !